"

Villes proches de OUED RHIOU

Ville de Relizane   Ighil Izane ou Relizane est une importante ville. Elle constitue un nœud de communications actif, routier etc...L'histoire de La ville de Relizane remonte à L'époque des royaumes des Numides qui se situe entre 203 et 213 avant J.C. Son ancien nom était Mina qui tire son origine de l'appellation de Oued-Mina sur lequel est située la commune de Relizane, prés du confluent. La région de la Mina a connu sous la domination romaine qui a duré prés de cinq siècles, son apogée dans le développement agricole et commercial en raison de la fertilité de ses terres et de la richesse de son sol.Relizane fut fondée sur l'emplacement de l'antique Castellum romain de Mina. L'islam avait fait son apparition dans la région de l'Ouest en 681, en 719-720 les tribus de Relizane étaient toutes reconverties à l'islam avec l'arrivée de Moussa-Ibn-Nassir. Au XIXe siècle, l'agriculture était menacée très souvent par de fréquentes sécheresses. Ce n'est en 1852 que les troupes françaises avaient occupé Relizane.   

   CHLEF ex Orléansville, est une ville située dans la partie occidentale du nord de l'Algérie centrale, entre les deux plus grandes villes, Alger et Oran,. Elle est limitée au nord par la Méditerranée, au sud par la Wilaya de Tissemsilt, à l'Est par la Wilaya de Tipaza et Ain Defla, à l'Ouest par OUED RHIOU Wilaya de Relizane, la superficie totale de la Wilaya étant de 4791 Km2 et compte 907.356 habitants (estimation 2000).

Elle se caractérise essentiellement par un relief diversifié constitué de deux chaînes, Montagneuses Dahra et Ouarsenis une plaine du Cheliff au centre et une littorale.

 

   Mostaganem      Elle se trouve au Nord de l'Algérie  à 80 km est d'Oran ;à 365 Km Ouest d'Alger la capitale du pays. Elle jouit d'une position géographique stratégique et une aire d'influence régionale, du fait même de l'existence de son important port de commerce, et de son réseau de voies de communication qui la lie à plusieurs wilayates. Ainsi, la région de Mostaganem dispose d'atouts économiques, dont l'exploitation offre des perspectives de développement économique prometteuses dans les domaines, agricole, maritime, industriel et surtout touristique. Les wilayates limitrophes sont : à l'Est la Wilaya de Chlef, au Sud-est la wilaya de Relizane, à l'Ouest la wilaya d'Oran et au Sud-ouest la wilaya de Mascara. Mostaganem se constituée de 32 communes réparties sur 10 Diarates

Il serait en vain de chercher dans les livres arabes l'étymologie du mot " Mustaghanim " aucun historien ou géographe arabe ne fait connaître d'une manière précise le sens ou les raisons de cette appellation. Par contre plusieurs essais d'explication sont diversement conservés chez les populations locales :Mustaghanim serait composé de deux termes distincts , Machta (Station Hivernale) et Ghanem (Riche éleveur de mouton).Mustaghanim : Marsa Ranem, c'est à dire le port du butin. Mustaghanim viendrait de Misk Al-Ghanem : abondance pour les troupeaux. Enfin pour les quelques historiens de l'antiquité, c'est plutôt à un Port Romain "MURUSTAGA" que Mostaganem doit son étymologie.

La côte de Ténès à Arzew était bien connue des phéniciens sui y avaient établi des comptoirs : Petit-port et Ouillis dans le Dahra et Kharouba prés de Mostaganem. La ville aurait été fondée au Moyen Age, certains attribuent sa fondation aux almoravides qui, durant le XI ème siècle en furent les maîtres vers 1082. Youcef Ibn Tachfine, le Fondateur de Dynastie Almoravides se serait contenté de construire un "Bordj" sur une colline au nord de l'actuelle agglomération.

On attribue la construction de la grande Mosquée de Mostaganem en l'an 1340 au Sultan Mérinide Abou El-Hassen Ali Ibn Abi Saïd. Les entreprises espagnoles dans le Maghreb Central et Oriental avaient commencé dés 1505, date à laquelle le Cardinal XIMENES sous le règne des Rois Catholiques fit occuper Mers El-Kébir. Les souverains de Tlemcen et Tunis affaiblis par les guerres et les luttes intestines se montrèrent incapable de relever le défit espagnol. Le 26 mai 1511, Mostaganem ouvrit ses portes à l'ennemi en signant avec lui une capitulation.

La véritable importance de Mostaganem semble être due à l'établissement d'un grand nombre de familles andalouses qui furent attirées par la fertilité du Sol. Elles fondèrent alors des exploitations agricoles qui firent la renommée de la région. Grâce à cette population active et nombreuse, la région se couvrit de magnifiques villages. Vers 1580, la ville était opulente et vivait dans le luxe, les impôts payés aux turcs d'Alger en sont la preuve. Les Arabes et plus tard les Turcs ont crée de nombreux centres, tels que Kallaa des Beni-Rached, Mazouna qui disputèrent à Mostaganem son rôle de métropole. La région de Mostaganem a donné de grands noms à l'histoire ; citons pour mémoire les écrivains poètes "Sidi Benhaoua", " Sidi Lakhdar Ben Khlouf ", "sheikh El Mazouni", "sheikh Bouras" et tant d'autres.

Durant les années qui ont précédé l'invasion française, Mostaganem demeurait toujours une grande ville de l'Ouest. Plus qu'Oran, elle était la 2ième après Tlemcen. Tigditt, Matmor et Mazagran se grouperont autour de la Ville principale, elle renfermait neuf [9] mosquées. La justice était rendue par deux [2] Kadis, l'un turc de rite Hanafite et l'autre arabe de rite Malekite, leur jugement n'avait d'appel que devant le Bey d'Oran. Il est à noter qu'Oran libérée définitivement de l'occupation espagnole en 1792 redevint le siège du Beylik de l'ouest. Certains habitants de Mostaganem furent transférés dans cette capitale pour la repeupler de nouveau. Le magistrat turc était en partie chargé de recueillir les impôts qui se composaient de rentes par les propriétaires pour l'entretient des lieux Saints de l'Islam.

Les Turcs et les koulouglis occupaient la ville proprement dite située sur la rive gauche de Ain-Sefra. C'était le quartier réservé au commandement Belikal et à l'aristocratie locale, le mur d'enceinte était percé de cinq [5] portes : la porte d'Ech-Chelif au Nord, la porte de Medjaher à l'Est, la porte de Mascara au sud, la Porte d'Arzew et celle de la Marine à l'Ouest. Mostaganem fut occupée en juillet 1833 par Desmichels après une vive résistance dirigée par l'Émir Abedelkader en personne. Par le traité du 26 février 1834, un consul de l'Émir fut agrée pour résider dans la ville, l'arrêté du 8 décembre y constitue un bey de l'autorité française et le traité de la Tafna en mai 1837 la conserva à la France. La convention de la TAFNA du 20 mai 1837 n'avait fait taire que momentanément les armes. Mostaganem n'a cessé d'opposer une résistance farouche à l'occupation française illustrée entre autre la bataille de Mazagran en février 1840.
sidi abdellah el khattabi est le saint patron de la ville de Mostaganem.

TIARET     Tiaret, région du centre ouest algérien le SERSOU, Tahert Capitale des Rostemides. fondée en 787 par Ibnou Rostom

Les Kharedjites sont partisans d'un calife élu par la communauté et non plus héréditaire: Tout fidèle, s'il en est digne, peut-être choisi comme calife en dehors de tout privilège de race ou de clan. Cette doctrine égalitaire répond aux exigences d'un peuple pauvre et épris d'absolu. C'est un persan , Ibn Rostom, qui fonde, au nom de cette doctrine , le royaume de Tahert(787).

Le royaume de Tahert devient vite florissant. L'imam, élu par la communauté, mène une vie d'ascète, dans un souci de purification; il se nourrit de lait et dort sur un coussin, ne touche jamais d'argent de ses mains on lui rend visite de loin, car il gouverne justement, dans le respect du Coran et sous le contrôle des docteurs;

L'organisation de la société repose sur une économie communautaire; des percepteurs prélèvent la dîme sur les récoltes et les troupeaux et répartissent le produit entre tous. Ce royaume paisible ne saura se défendre contre les troupes chiites(911) et après la destruction de Tahert, les kharédjites émigreront aux confins du Sahara, à Ouargla et au Mzab, où vivent toujours leurs descendants

 Tagdempt, , fut la capitale militaire, politique, économique et culturelle del'émir Abd el-Kader pendant sept années de 1835 à 1841. Six siècles après, Taoughzout à Frenda (Tiaret) se souvient d'Ibn Khaldoun. Aujourd'hui, Tiaret représente le réservoir de l'Oranie en termes de production agricole.
Tiaret possède une célebre jumenterie avec toute la panoplie des pur-sang arabes.
FRENDA,Ibn KHALDOUNE et Jacques BERQUE ont passé leurs séjours .

 TISSEMSILT ,La région fut conquise entre 655 et 700 par les chefs militaires musulmans sous le contrôle de Abou El Mouhajir Dinar et fut gouvernée par différents dynasties : les Rostémides, les Idrissides, les Mérinides (berberères), les Almoravides (berbères), les Almohades (berbères), et les Zianides (berbères).

 

 

 

 

                                                                                        

<<
OUED RHIOU ex. INKERMANN vous remercie pour votre visite WebMaster Dr KRIM ARBI
وادي رهـيــــــــــــو تـــــــرحب بــكــــــــم

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site