"

Ulémas musulmans Oued Rhiou

Originaire d'El-Gaâda, près de Sig. La famille du Cheikh s'est installée à M'dina Jdida au 19ème Siècle. Si El-Miloud est natif d'Oran, le 16 novembre 1909.El-Miloud al-Mahaji arabe : الشيخ الملود المهاجي est né à Oran (Algérie), plus exactement dans le quartier populaire de M'Dina Jdida à la place de Sebalat Et-Tolba (1909-2001). Pour ne pas déroger aux traditions familiales, il apprendra dès son jeune âge le Saint Coran et les Sciences religieuses. Son oncle maternel, Cheikh Tayeb El-Mehadji, aâlim de renommée, fût son premier professeur. Le passage du fondateur du mouvement El-Islah à Oran fût un événement marquant dans son existence. A vingt ans, il rejoindra Constantine pour suivre l'enseignement chez Ibn Badis. Il aura pour compagnon dans l'école d'Ibn Badis Cheikh Hammani, encore en vie. De Constantine, il ira à l'Université Ezzaïtouna à Tunis, pour approfondir ses connaissances. En 1936 et sur injonction de son maître, il reviendra à Oran avec, pour mission, la création d'une association et d'une Médersa.Avec d'illustres figures d'Oran, il créera, en 1937, l'Association El-Falah qui mettra sur pied la Médersa du même nom. La mission que se sont assignés ces jeunes hommes acquis aux thèses du mouvement El-Islah est de débarrasser l'Islam de certains ajouts, de réhabiliter la langue arabe et d'insuffler l'esprit nationaliste aux larges masses. D'ailleurs, vite, son entreprise se heurtera à l'intransigeance de l'administration coloniale. En avril 1940, Cheikh Miloud El-Mehadji sera interné trois ans durant, au camp de Djenien Bourezg à une centaine de kilomètres au sud d'Aïn Séfra. Dans la fiche de police qu'il a pu retirer grâce à une complicité, il est mentionné les raisons de son internement dans ce camp : « propagandiste », « anti-français intégral ».

uléma musulmans à Oued Rhiou

Comme tous les Algériens de sa génération, il assistera impuissant à l'incorporation de force de ses concitoyens dans un conflit mondial qui les dépassait de loin et où ils servaient de chair à canon. Il vivra le traumatisme de Mai 1945 où l'engagement des Algériens fût par un génocide au sens premier du mot. Il continuera son travail de sensibilisation et de diffusion de la véritable culture arabo-islamique. En 1950 et sur ordre de Larbi Tebessi, il partira s'installer à Oued Rhiou pour fonder une école semblable à celle d'El-Falah. Nombreux ceux qui avaient suivi son enseignement dans cette région rejoindront le maquis au lendemain du déclenchement de la guerre de Libération nationale.En 1954, à la veille de la guerre d'indépendance, sa Médersa fut un noyau d'activistes révolutionnaires et beaucoup de ses disciples contribuèrent au déclenchement des hostilités contre le colonialisme français.El-Miloud al-Mahaji, Un imam qui a formé de nombreux et brillants étudiants, parmi lesquels, plus tard, on comptera plusieurs martyrs pour la cause nationale, ainsi que des cadre de l'Éducation nationale En 1956, il reviendra à Oran pour s'y réfugier après avoir échappé à plusieurs reprises à la mort.

El-Miloud al-Mahaji, dispenseait son savoir et ses recommandations aux fidèles de la mosquée de OUED RHIOU, Il fut un exemple par sa probité morale et ses connaissances religieuses. Il marque son siècle par un combat acharné contre l'ignorance et la perversion des mœurs.

Durant son séjour à OUED RHIOU, El-Miloud al-Mahaji a consacré son énergie à la formation et à l'éducation conformément aux principes de l'islam. Son prosélytisme religieux était doublé d'un profond sentiment patriotique. Ceci amena un grand nombre d'élèves à rejoindre les rangs du FLN, puis de l'ALN jusqu'à la libération nationale.

Association des musulmans algériens Ulama, a également appelé l'Association des algériennes réformateurs Ulama, Association Française Des musulmans oulémas algériens, ou Association Des oulémas Reformistes Algériens, l'arabe Jam iyyat ʿ al-ʿ Ulamâ ʾ-Muslimin al jaza ʾ iriyyīn-al, un corps de religieux érudits musulmans ( ʿ ulamâ ʾ ) qui , sous la domination française, a plaidé pour la restauration d'une Algerian nation rooted in Islamic and Arabic traditions. Algérie nation enracinée dans les traditions islamiques et arabes.

The association, founded in 1931 and formally organized on May 5, 1935, by L'association, fondée en 1931 et formellement organisé le 5 mai 1935, par Sheikh ʿAbd al-Hamid ben Badis , was heavily influenced by the views of the Muslim jurist and reformer Cheikh al ʿ Hamid Ben Badis-Abd , a été fortement influencé par les opinions du juriste musulman et réformateur Muḥammad ʿAbduh (1849–1905). Muhammad Abduh ʿ (1849-1905). It adopted his belief that Il a adopté sa conviction que Islam was essentially a flexible faith, capable of adapting to the modern world if freed of its non-Islamic and vulgar accretions. L'Islam est essentiellement une foi flexible, capable de s'adapter au monde moderne, si libéré de ses-islamique et des ajouts non vulgaire. The Algerian Ulama thus conducted widespread campaigns against the superstition and maraboutism that had become common among the public ( see marabout ). Les oulémas algériens a donc procédé à de vastes campagnes contre la superstition et le maraboutisme qui était devenu commun entre le public (voir marabout ). They also implemented ʿAbduh's belief in the efficacy of modern Ils ont également mis en œuvre la croyance ʿ Abduh dans l'efficacité des modernes

Cheikh Si BOUALEM,uléma musulman,الشيخ بوعلام

<<
OUED RHIOU ex. INKERMANN vous remercie pour votre visite WebMaster Dr KRIM ARBI
وادي رهـيــــــــــــو تـــــــرحب بــكــــــــم

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×